Trois choses à savoir sur l’interprétation en Europe

 | Notre métier

L’Europe est de loin la région qui compte le plus d’interprètes de conférence, en grande partie grâce aux organisations internationales qui ont encouragé le multilinguisme et contribué à former des interprètes professionnels. Chaque pays jouissant par ailleurs d’un secteur privé souvent dynamique, les interprètes y sont très polyvalents. Pourtant, si vous envisagez de tenir votre prochaine réunion en Europe, il convient d’éviter certains écueils. Danielle Grée vous invite à les découvrir.

Un excellent emplacement pour les conférences et les interprètes de conférence

Du fait de la présence de centaines d’organisations internationales, l’Europe ne manque pas, a priori, d’interprètes de haut niveau. Sollicités par les grandes banques, les laboratoires pharmaceutiques ou les fleurons de l’industrie nationale, les interprètes free-lance travaillant pour le marché privé sont légion. Et pourtant, une grande manifestation internationale ou un événement sportif mondial peuvent rapidement assécher le marché dans certaines langues. Voici ce qu’il faut savoir :

Connaître les villes européennes de conférence

Trois grandes villes se trouvent en tête de liste pour vous permettre de profiter du pool le plus important d’interprètes professionnels : Bruxelles (avec son vivier de free-lances travaillant essentiellement pour l’Union européenne), Paris (avec l’Unesco, l’OCDE ou la Banque mondiale) et Genève (siège des institutions de la famille des Nations Unies). Chacune de ces capitales est un centre majeur de conférences ; dispose de grandes écoles formant des interprètes de haut niveau ; accueille plusieurs institutions internationales recrutant des dizaines de free-lances au quotidien ; et jouit d’un marché privé très dynamique. L’Association Internationale des Interprètes de Conférence (qui a des accords avec la majorité de ces institutions) recense quelque 300 interprètes dans chacune de ces villes. C’est donc à Paris, Bruxelles ou Genève que vous trouverez le plus facilement des interprètes locaux.

D’autres villes les suivent de près, mais avec un pool de professionnels plus réduit : Rome, Vienne, Berlin ou Londres par exemple. Il s’agit de grandes villes dynamiques ou de capitales où les ministères et autres services gouvernementaux sont gourmands en interprètes, mais avec une moindre présence des organisations internationales (même si la FAO, l’OSCE ou l’OMI y ont leur siège). On y trouve en général une centaine d’interprètes, toutes langues confondues.

Finalement, d’autres villes sont à prendre en compte : les capitales économiques où le secteur privé est particulièrement actif et où l’on trouve un certain nombre d’interprètes (une trentaine en général) extrêmement versatiles. Munich et Zurich en font partie, ainsi que Milan et Florence, Barcelone et Madrid, Amsterdam et La Haye, ou Lisbonne et Istanbul. Ces professionnels assurent au quotidien la traduction simultanée de conférences très variées, allant de la finance à la médecine légale, en passant par le football ou la réassurance.

Eviter les dates fatidiques

Toutefois, même avec le plus grand pool d’interprètes, il importe de connaître le calendrier des grands événements nationaux et internationaux pour pouvoir profiter pleinement des disponibilités des free-lances locaux.

Si vous avez l’intention d’organiser une réunion multilingue pendant les Plénières du Parlement européen, il convient de savoir que des centaines d’interprètes sont bloqués plus de 6 mois à l’avance par les institutions européennes dans les langues de l’UE. Vous trouverez encore des traducteurs bilingues sur le marché bruxellois ou strasbourgeois sans trop de difficultés, mais il sera virtuellement impossible de recruter où que ce soit pour certaines langues « minoritaires » comme le maltais ou le slovène.

Même chose si votre événement coïncide avec la Conférence Internationale du Travail organisée tous les ans en juin à Genève par le BIT. Trois cents interprètes y travaillent et il devient très compliqué de recruter des interprètes chinois, arabes ou russes aux mêmes dates. De même, la Conférence générale de l’Unesco emploie, à Paris, un grand nombre d’interprètes en novembre toutes les années impaires ; le Conseil et la Conférence de la FAO à Rome, avec leurs multiples « side events », absorbent aussi une bonne partie des ressources. Il est très difficile pendant ces conférences de trouver ne serait-ce que des traducteurs simultanés espagnols sur le marché local.

Et n’oublions pas les grandes manifestations sportives : les Jeux Olympiques, l’Euro ou la Coupe du monde de football effectuent des ponctions importantes sur les marchés locaux ou parmi les interprètes spécialisés en la matière. Il vaut mieux s’y prendre très à l’avance pour constituer les équipes.

Naviguer dans ce labyrinthe

Vous aurez compris qu’il n’est pas simple de s’y retrouver. Votre interprète-conseil pourra vous aider en la matière.

Comme indiqué plus haut, ces grandes manifestations recrutent essentiellement des interprètes multilingues, ce qui signifie que les interprètes bilingues (langue du pays + l’anglais, par exemple) resteront disponibles. Mais sachez qu’en Europe, même avec la pléthore d’interprètes que l’on connaît, il reste difficile de recruter des professionnels pour les langues rares, telles que le coréen ou, dans une moindre mesure le russe, le japonais, le chinois ou l’arabe.

Certains marchés sont spécialisés dans certains domaines : Munich, dans les brevets industriels ; Lausanne, dans le sport ; Zurich, dans les services bancaires et les assurances ; Berne ou Bruxelles, capitales du pays, accueillent surtout les réunions de partis politiques, de lobbys et de syndicats.

Finalement, si votre réunion demande la participation d’interprètes en langues des signes, n’oubliez pas de solliciter ces services au moins trois mois à l’avance. Et un détail : la langue des signes anglaise n’existe pas ! Par contre, le membre de Calliope expert en langues des signes, Maya de Wit, pourra vous proposer le British Sign Language (BSL), l’American Sign Language (ASL) et bon nombre d’autres langues. De même, sachez qu’il y a d’importantes différences entre la langue des signes allemande et la langue des signes suisse-allemande.

Et pourquoi ne pas joindre l’utile à l’agréable et organiser votre rencontre dans un pays où les lieux de conférence sont particulièrement attrayants, comme le Portugal (tant sur le continent qu’à Madère ou aux Açores) ou à Dublin, où le nouveau Centre de Conventions ultra-moderne et son auditorium de 2 000 places vous tendent les bras ? Sans oublier l’Italie qui offre, en plus, art et gastronomie, de la Vallée d’Aoste à la Sicile en passant par le Tyrol du sud ou les Pouilles.

Calliope-Interpreters, réseau mondial d’interprètes-conseil, sera ravi de vous guider dans ce labyrinthe, de vous signaler les dates difficiles, les combinaisons linguistiques rares, les préavis à respecter, les obstacles à éviter.  Contactez-nous dès que possible pour discuter de vos besoins en interprétation.

Partager cet article :